Paris / 01-05-2019 /

Plusieurs dizaines de milliers de personnes ont participé à la manifestation du 1er Mai dans les rues de Paris. Face à la colère sociale qui s’exprime depuis des mois, le gouvernement a choisi une fois de plus de répondre par une répression des plus brutale. Un de nos photographes a été arrêté et placé en garde à vue avant même le début de la manifestation. Le Collectif Krasnyi dénonce la répression du mouvement social en France et les atteintes à la liberté d’informer dont fait preuve ce gouvernement à la botte des puissants !

Several tens of thousands of people took part in the May Day demonstration in the streets of Paris. Faced with the social anger that has been expressed for months, the government has chosen once again to respond with the most brutal repression. One of our photographers was arrested and placed in custody even before the start of the manfestation. The Krasnyi Collective denounces the repression of the social movement in France and the attacks on the freedom of information shown by this government to the boot of the powerful!

Témoignage de notre collègue :

Hier en allant prendre des photos de la manif du 1er mai à Paris, j’avance mon masque à gaz dans le sac – car la mode est à la lacrymo en ce moment, si jamais vous l’aviez pas remarqué – je me suis fait interpeller et placer en garde à vue avant même d’arriver sur le lieu du départ de la manif.

J’ai retrouvé une cellule dans laquelle m’attendaient 11 compagnons d’infortune. Y en a même un qui était là pour avoir simplement du sérum physiologique dans son sac.

Bref, c’est le jeu, mais on a cru les flics quand ils nous disaient qu’on sortirait en fin d’aprem à la fin de la manif. Que dalle, on a tous passé la nuit au tribunal pour passer cet après-midi devant le procureur qui m’a à peine regardé et m’a laissé sortir en deux minutes , et comme j’ai des antécédents chargés pour des faits plus ou moins similaires j’ai 6 ans de mise à l’épreuve.

Bref, j’ai juste servi à alimenter les chiffres, et si les 330 autres interpellés étaient aussi armés que moi, elle serait pas allée bien loin cette révolution.

J’ai donc été relâché après 30h de GAV pour avoir un masque à gaz dans le sac et pour le motif « Attroupements en vue de commettre des violences et dégradations… »

Sergi Rugrand  / Krasnyi Collective