Aachen / Bruxelles / Toulouse / 01-05-2018 /

Aujourd’hui, en Europe, les travailleuses et les travailleurs essuient attaques après attaques et tous les secteurs sont concernés : éducation, santé, énergie, non-marchand, poste, justice, …

Les sans-papiers souffrent plus que jamais des politiques répressives que ce soit celles des états ou celles de l’Union européenne. Les communautés LGBTQI sont toujours victimes d’un patriarcat loin d’être agonisant. Les militantes et militants politiques, syndicaux et lanceurs d’alerte font face à une répression de plus en plus féroce.

Le constat est évident … après 40 ans d’offensive néolibérale et de politiques de démolition sociale au niveau européen, le grand patronat et ses représentants politiques s’acharnent avec toujours plus de vigueur pour anéantir nos acquis sociaux obtenus par les longues luttes du mouvement ouvrier. Leur stratégie de maximalisation des profits, visant à détruire notre sécurité sociale et à privatiser nos services publics, est un désastre pour le monde du travail et notre environnement. Les richesses produites par les travailleurs sont ainsi accaparées par les 1% les plus riches avec comme principale conséquence une explosion des inégalités.

En effet, alors que nous vivons dans des pays dits riches, un nombre de plus en plus important de familles vit sous le seuil de pauvreté et le nombre de sans-abris n’a jamais été aussi élevé ; les conditions de travail se dégradent et les salaires diminuent ; les travailleurs sans emploi et les malades sont pris pour cibles ; les travailleurs sans-papiers et les migrants sont criminalisés et pour certains refoulés hors de nos frontières ; les femmes font toujours l’objet de discriminations et de harcèlement ; la précarisation généralisée et institutionnalisée n’offre ainsi aucune perspective aux plus jeunes.

Fred Hérion / Jérôme Peraya / Ben Art’core / Krasnyi Collective