Ce lundi, 10 février 2014, des dizaines de militants syndicaux se sont mobilisés pour dénoncer la violente répression qui s'est abattue sur les ouvriers du Textile au Cambodge qui réclament depuis des semaines de meilleures conditions de travail. Voici une série d'images de cette action.

Ali Selvi / Collectif Krasnyi

Communiqué de la FGTB

Les libertés syndicales sont encore et toujours bafouées à travers le monde. Au Cambodge, 5 grévistes ont été tués et 23 syndicalistes sont maintenus en détention. La FGTB, achACT et le front commun syndical, se mobilisent le 10 février pour une journée d'action mondiale.

En bref

Au Cambodge, en guise de réponse à leurs revendications, des manifestants ont connu une violente répression. Les conséquences sont tragiques : 5 grévistes ont perdu la vie et 37 ont été blessés à des degrés divers. 23 syndicalistes sont maintenus depuis lors en détention.  Nous invitons nos militants à signer la pétition contre la violence faite à ces travailleurs.

En outre, à la veille de la comparution des grévistes détenus, la FGTB, achACT et le front commun syndical, se mobilisent pour une journée d'action mondiale.

En savoir plus

Répression

En grève depuis le 24 décembre, les travailleurs de l’habillement, un des plus puissants secteurs du Cambodge, revendiquent une hausse conséquente de leur salaire et des conditions de travail dignes de ce nom. Ils perçoivent actuellement 74 € par mois alors qu’il leur faudrait au minimum 118 € pour subvenir à leurs besoins essentiels. Or, le gouvernement ne leur propose qu’une augmentation de 11 €. Un véritable scandale pour les travailleurs d'un secteur qui brasse quelque 3,8 milliards d’euros de chiffre d’affaires annuel.

La grève a connu une issue déplorable le 3 janvier. Selon les informations qui filtrent, 5 manifestants auraient été tués lors d’assauts menés par la police et 37 autres grièvement blessés. Dans la foulée, 23 syndicalistes ont été arrêtés et des mandats d’arrêt ont été délivrés à l’encontre de plusieurs dirigeants syndicaux.

Stop à la violence

Face à cette violation des droits syndicaux, les fédérations syndicales internationales IndustriALL et la Confédération syndicale internationale ont décidé d’unir leurs forces pour une mission syndicale internationale qui s'est rendue au Cambodge du 10 au 13 janvier. Sharan Burrow, la Secrétaire générale de la CSI a déclaré que « le gouvernement cambodgien doit retourner à la table des négociations pour octroyer un salaire juste pour les travailleurs et travailleuses du vêtement et cesser la répression dictatoriale des actions de grève légitimes des travailleurs. Il doit immédiatement libérer tous ceux qui sont détenus et s’assurer que ceux qui sont responsables de la violence et des tueries soient présentés à la justice ».

La Centrale Générale de la FGTB s'associe aux fédérations internationales pour condamner les répressions violentes des grèves et manifestations par les forces de sécurité et milices soutenues par le gouvernement cambodgien. Nous demandons, avec elles, la libération des 23 syndicalistes détenus et une enquête pour déterminer les responsabilités de la fusillade