Des centaines de personnes se sont réunies à Haren ce jeudi 17 avril à l’occasion de la journée de la lutte paysanne.

Ensemble, ils ont planté 300 kilos de pommes de terre sur le site de construction d’une future prison pour dénoncer le problème de l’accès à la terre non seulement en Belgique mais partout dans le monde.

Aujourd’hui la terre est, elle aussi, devenue un luxe que de moins en moins de paysans peuvent se payer. Ainsi, ce sont plus de cent mille hectares de terres agricoles qui ont disparu en 30 ans.

Le collectif des luttes paysannes, à l’initiative de ce rassemblement, dénonce aussi le problème  du fonctionnement de l'agriculture moderne aux couleurs de pesticides, à l’effigie de Monsanto. Il plaide pour une agriculture écologique, en phase avec les cycles naturels des terres et l’accès à la terre pour  les jeunes agriculteurs.

Pierre Vanneste / Alex GD / Collectif Krasnyi