Il y a un an, Juan Andrés Benítez est sorti pour chercher son chien dans une rue du quartier barcelonais ‘Raval’. Suite à quelques ‘discussions’ avec des voisins, les ‘Mossos’ (le corps de police de Catalogne) sont arrivés et ont essayé de l’arrêter. Il a résisté et plus de ‘Mossos’ sont arrivés. Benítez est tombé par terre où ils l’ont longueument tabassé. À l’aube, il est décédé des suites d’un arrêt cardiaque.

Les policiers ont essayé de cacher les preuves: un d’eux a nettoyé le sang qui restait par terre, l’autre exigeait les images qu’ une voisine avait filmé,… Mais d’ autres images prises d’ un balcon ont circulé sur internet et ont été une preuve definitive, initiée par une accusation populaire, dans le processus d’inculpation et l’arrestation de dix ‘Mossos’ pour homicide et obstruction à la justice. 

Le jour même où le parquet a demandé onze années de prison pour six des policiers, des voisins et différents collectifs du Raval ont décidé de récuperer un terrain vide depuis cinq annés dans le coin oú Benítez a été tué. Ils sont entrés le vendredi 3 octobre pour commencer à le nettoyer et à le preparer pour que le dimanche 7 octobre soit célébrée la première assemblée. Celle-ci a discuté de l’usage que l’on veut lui donner collectivement. Ce meme jour, une manifestation a parcouru les rues du quartier pour commémorer la mort de Benítez. Le terrain a été baptisé ‘Ágora Juan Benítez’ en sa mémoire.

Ces cas de brutalité policière ne sont pas isolés au Raval. L’ancien ‘barrio chino’, situé à côté de las Ramblas et le port où sont déversés en masse les touristes participants à des croisières, a été l’objet depuis les années 80 d’une campagne de ‘nettoyage’. Quartier important de la communauté immigrée, le Raval est stigmatisé et sa population discriminée pendant que le processus de gentrification s’accélère en augmentant l’élitisme d’un côté et la marginalisation de l’autre. Dans ce cadre, les actions policières que ce soit dans la rue ou dans les commissariats sont souvent dénoncées comme disproportionées et dans la plupart des cas restent impunies.

————————————————————————

Entidades y vecinos del Raval han ocupado un solar abandonado desde hace 5 años, situado en el lugar donde hace un año los Mossos causaron la muerte de Benítez tras apalizarlo durante su detención. La entrada al solar el pasado viernes coincidía con la noticia de que la Fiscalía ha pedido 11 años de cárcel para 6 de los 10 policías implicados. El nuevo espacio para el vecindario – embargado por el Ayuntamiento e hipotecado por la Sareb – ha sido limpiado y decorado este pasado fin de semana y bautizado como ‘Ágora Juan Andrés Benítez’. Domingo se celebraba la primera asamblea para decidir su uso comunitario, entre otras actividades de inauguración y una manifestación desde la sede del distrito en memoria a la muerte de Benítez.

Mayu Ruiz / Collectif Krasnyi