07-04-2015

“Belgique terre de deuil…Votre silence nous tue”, sont les mots que l’on pouvait trouver sur des pancartes brandies lors de la manifestation qui prenait place devant l’Office des Etrangers, ce mardi 7 avril.

 

Ils étaient plusieurs centaines à manifester, avec ou sans papier, en mémoire de Oumar et de Benamar et pour dénoncer la politique migratoire en Belgique qui pousse au désespoir et plonge les migrants dans une telle détresse qu’ils ne voient d’autre alternative que celle de se donner la mort.

 

C’est l’acte qu’a posé Oumar Dansokho, 25 ans, en s’immolant par le feu jeudi dernier dans des locaux de l'Office des étrangers. Oumar venait d’épuiser ses recours pour sa demande d’asile. Il était papa d’une fille de 5 ans.

 

C’est également celui qu’a posé Benamar Lamri, 42 ans, retrouvé pendu le même jour, dans sa chambre (ou devrait on dire sa cellule). Benamar était en effet enfermé dans le centre de Merksplas, centre faisant office de prison pour non criminel, prison pour migrants qui ont eu l’indécence de fuir leur pays pour rechercher une terre de refuge, et qui n’auront trouvé que des portes closes, du mépris, et bien sûr aucune considération face à la détresse dans laquelle ils se trouvent.  Benamar était depuis 16 ans en Belgique et venait d’apprendre son rapatriement dans son pays d’origine.

 

Avec la politique migratoire menée actuellement, le gouvernement aura sans aucun doute bientôt d'autres morts sur la conscience. "

 

Jérôme Peraya / Collectif Krasnyi