Bruxelles / 26-10-2018 /

Face à la nouvelle dégradation de leurs conditions de travail, des livreur.euse.s venus d’Autriche, Belgique, Finlande, France, Allemagne, Italie, Pays-Bas, Norvège, Espagne, Suisse, Royaume-Uni ont décidé d’unir leurs multiples luttes locales en une lutte européenne. Les 25 et 26 octobre, ils ont organisé une conférence-débat, une assemblée générale et une action transnationale. L’événement est soutenu par l’Alter Summit, un réseau européen de syndicats et de mouvement sociaux.

Dans toutes les grandes villes d’Europe, les travailleur.euse.s de plateformes de livraison sont sous-employés, le plus souvent comme faux indépendants, sous-payés (moins de 5 euros la course) et sous-protégés (sans protection sociale valable). C’est pourquoi, depuis quelques années, ils et elles s’organisent, se mobilisent, se « déconnectent » contre les grandes entreprises du secteur : Deliveroo, Foodora, Ubereats, Stuart, ou Glovo and Co.

Facing a new degradation of their working conditions, food delivery riders from Austria, Belgium, Finland, France, Germany, Italy, Netherlands, Norway, Spain, Switzerland and United Kingdom have decided to unite their many local struggles in a European struggle. The 25th and 26th October, they organize a conference-debate, a general Assembly and a transnational action. The event is supported by Alter Summit, a European network of trade unions and social movements.

In all major European cities, delivery platform workers are underemployed, most often as false self-employed, underpaid (less than 5 euros per run) and under-protected (without correct social protection). That is why, since some years, they are getting organized, mobilizing and « disconnecting » against the big companies in the sector: Deliveroo, Foodora, Ubereats, Stuart, or Glovo and Co.

Karim Brikci-Nigassa / Krasnyi Collective