09-04-2015

Ils étaient des centaines de milliers, dans toute la France, à manifester contre l’austérité à l’occasion de la journée nationale de grève organisée à l’appel des principaux syndicats de salariés du pays.  A Nice comme à Toulouse, la mobilisation était au rendez vous.

En effet, ils étaient plusieurs milliers de grévistes, retraités, jeunes, chômeurs, … à s’être donnés rendez-vous pour dénoncer la loi Macron et les dérives austéritaires du gouvernement.

Tant le secteur public que le privé étaient représentés et tous ajoutaient aux revendications générales, les leurs, propres à leur secteur.

 

Ainsi, à Nice, nous avons pu rencontrer des infirmières, dénonçant les 3milliards d’économies budgétaires et les 22.000 suppressions de postes prévues dans les trois ans à venir dans les soins de santé. Ces restrictions sont annoncées tandis que le manque d’effectifs est déjà criant, les heures supplémentaires non récupérées se comptent en centaine de milliers et la dégradation des soins se fait déjà clairement ressentir.

Il y avait aussi une délégation de travailleurs Sociaux venus dénoncer, en plus de l’austérité annoncée, leurs conditions de travail de plus en plus dures dans ce contexte de précarité croissante et de moyens qui se réduisent comme une peau de chagrin. “ Les usagers nous voient parfois comme leur dernier espoir, les seuls pouvant les sortir de leur détresse, et quand on doit leur dire qu’on ne peut rien, qu’on nous en donne pas les moyens…” Ainsi, les agressions que ces travailleurs subissent sont croissantes, et l’un d’entre eux en est mort il y a peu de temps, à Nantes.

Nombreux aussi étaient les travailleurs du secteur privé, dénonçant la loi Macron et ce quelle implique comme atteinte au droit du travail, alors que les emplois précaires deviennent la norme, et que les cadences au travail ne font qu’augmenter. “On ne remplace plus ceux qui partent chez nous, c’est une façon de licencier” expliquait une salariée de Thales. Des salariés de Carrefour quant à eux ont bloqué symboliquement un magasin portant l’enseigne sur le trajet de la manifestation pour dénoncer les conditions de travail ultra précaires dans lesquelles ils travaillent.

Rappelons que le projet de loi Macron comprend, entre autres, des mesures telles que la banalisation du travail dominical et de nuit, une facilitation pour les licenciements collectifs, et de nombreuses mesures favorisant le patronat au détriment du droit du travail.

Des images de la manifestation à Nice :

Des images de la manifestation de Toulouse : 

Ben Art'Core / Karim Brikci-Nigassa /Laure Miège / Collectif Krasnyi