Bruxelles / 03-10-2020

Plus de 200 personnes se sont rassemblées carrefour de l’Europe (Gare centrale) à Bruxelles pour rappeler que l’extrême-droite est intrinsèquement meurtrière !
Appel : 
Ce dimanche 27 septembre, le Vlaams Belang organisait un cortège en voitures sur Bruxelles. Alors que de nombreux mouvements sociaux se sont vus interdire ou limiter leur droit à la liberté d’expression, et que la marche « Oostende tegen racisme » prévue le même jour est interdite, le Vlaams Belang reçoit l’autorisation de propager ses idées nauséabondes au plus proche de la capitale, et ce quelques jours seulement après avoir paradé en zone neutre au moment où la coordination des sans-papiers manifestait pour l’égalité en dignité et en droits. Le parti d’extrême droite s’érige en défenseur de l’électeur flamand contre un gouvernement francophone et appelle à de nouvelles élections. Malgré ses efforts pour se présenter comme formation démocratique « normale », nous nous devons de rappeler ce que ce parti est vraiment. Son parti frère grec néo-nazi, Aube Dorée, accusé d’être une organisation criminelle et dont le procès arrive à son terme, illustre où la banalisation de l’extrême droite peut mener.
Après 5 ans et demi de procès, le verdict sera prononcé le 7 octobre. Sept ans après le meurtre du rappeur antifasciste Pavlos Fyssas, poignardé dans le quartier de Keratsini, au Pirée par un membre d’Aube Dorée, sa famille, le mouvement antifasciste grec et européen espère que justice soit faite pour ce meurtre, ainsi que celui du migrant Sahzad Lukman, et pour les dizaines de tortures et agressions perpétrées par les bandes du parti néo-nazi contre des migrant.e.s, des syndicalistes, des militant.e.s antifascistes et des personnes LGBTQI. Lors du procès, il a été minutieusement démontré que ses escadrons de la mort obéissent à des ordres selon une hiérarchie très stricte allant jusqu’au sommet de la hiérarchie du parti. Il est capital que les anciens et nouveaux dirigeants de ce groupuscule devenu parti politique soient tenus pour responsables de leurs crimes.
Aube Dorée est à la fois groupuscule néo-fasciste et parti politique. Les liens entre un parti politique en costume cravate et une structure occulte et violente ne sont pas sans rappeler ceux qui existent entre le VB et l’organisation Schild & Vrienden du député Vlaams Belang Dries van Langenhoven. Pour rappel, Schild & Vrienden est une organisation épinglée pour ses incitations à la violence, son racisme haineux, son antisémitisme décomplexé et son sexisme à outrance. En outre, en 2016, une délégation officielle du VB (dont un membre de leur exécutif national) avait rencontré le groupe parlementaire d’Aube Dorée à Athènes. Parmi eux, Filip Dewinter, qui siège toujours au parlement flamand, avait même prononcé un discours ouvertement raciste de solidarité avec Aube Dorée au nom du VB, et ce devant une assemblée de néo-nazis (video). Face au scandale médiatique qui s’en est suivi, le VB a tenté de se distancier de cette visite pourtant minutieusement organisée. Aujourd’hui, tous les membres (sauf deux) de la délégation du VB qui avait rendu visite à Aube Dorée en 2016, siègent encore au parlement fédéral ou flamand pour le VB.
Le procès d’Aube Dorée doit nous rappeler que derrière la communication soignée du Vlaams Belang, il y a toujours les mêmes organisations violentes et criminelles. Elles instrumentalisent les crises économiques au profit de la haine et de la violence. En se construisant sur la colère et la misère sociale, l’extrême droite essaie de se présenter comme une réponse – inégalitaire, violente et excluante – aux problèmes de société. Il est donc d’autant plus important de défendre un modèle de société alternatif, solidaire et égalitaire.
Aujourd’hui encore plus qu’hier nous devons montrer leur vrai visage. En costume ou en chemise brune, en français, en néerlandais, ou en grec, en Belgique ou en Grèce, l’extrême droite est criminelle. Alors qu’ils roulent sur Bruxelles, nous invitons les regards à se tourner vers la Grèce où cette réalité apparait au grand jour. Nous rejoindrons les antifascistes grec.que.s ce samedi 3 octobre à 14h à la Gare Centrale pour les soutenir dans leurs combat pour la justice, parce que ce combat est le nôtre. Nous crierons avec elles et eux :
Ils ne sont pas innocents ! Les nazis en prison !

 

Dominique Botte / Krasnyi Collective