Amiens / 19-10-2016 /

Des milliers de militants venus de partout en France , de Belgique ou encore d’Allemagne se sont déplacés pour exprimer leur soutien aux 8 ouvriers de Goodyear condamnés en novembre 2015 à une peine 24 mois de prison dont 9 ferme. Pendant plus de 7 années, les travailleurs de chez Goodyear se sont battus sans relâche pour sauver leur usine et leurs emplois. Ils ont dû faire face à un patron voyou qui a, toutes ces années durant, violemment marché sur leurs pieds et leur honneur. Lors d’une de leur action, les ouvriers ont séquestré deux cadres de la direction durant quelques heures. Malgré que ceux-ci aient retirés leur plainte, c’est le parquet qui a maintenu les accusations contre 8 d’entre eux et qui a tenu à les condamner. C’est donc l’Etat français qui réprime ouvertement des ouvriers se battant pour leurs emplois et leur futur. Comme cela a été soulevé à de nombreuses reprises, cela faisait plus de 50 ans que des militants syndicaux n’avaient plus été condamnés dans le cadre de leur action syndicale. Les derniers étant les mineurs du Nord lors de la grande grève de 1948. Lors des différentes prises de paroles tout au long de cette journée, il était interpellant de remarquer qu’un peu partout en France, des militants sont aujourd’hui trainés devant les tribunaux suite à des actions sociales. L’exemple des Goodyear doit interpeller l’ensemble du mouvement social sur les politiques répressives que nos gouvernements mettent en place pour museler la contestation sociale. Le procès en appel doit continuer demain…

Karim Brikci-Nigassa  /  Krasnyi Collective