Verviers / 19-02-2019 /

Annoncé pendant une semaine à différents endroits de la province de Liège c’est finalement à Verviers dans un un hôtel de haut standing que l’ex-Secrétaire d’Etat Theo Francken est venu faire la promotion de son livre.

Le turbulent flamand a cependant du faire face à une très forte présence de différents mouvements citoyens et syndicaux mais aussi de gilets jaunes et de mandataires politiques de gauche qui s’opposent à sa vision inhumaine en matière d’asile. Une forte présence policière était également là afin d’éviter tout débordement.

En effet, ce sont près de 200 personnes qui se sont rassemblées devant l’entrée de l’hôtel, un important dispositif policier barrant l’entrée de celui-ci et filtrant les arrivants. Les participants à la conférence, obligés de traverser la foule des manifestants, ont été copieusement chahutés. Certains sympathisant de Francken se montrant plutôt agressifs, la police a dû intervenir pour séparer les différentes parties.

A partir de 18h30, heure à laquelle devait normalement débuter la conférence, il n’y avait nulle trace de Theo Francken, les manifestants ont alors décidé de se répartir entre les différentes entrées de l’hôtel afin de ne pas manquer l’arrivée du trublion d’extrême-droite. Entre fausses alertes de son arrivée et quelques échauffourées (on dénombre une arrestation et quelques jets de spray poivre), l’attente à duré environ 2 heures.

De fait, vers 20h30 Theo Francken signalait via son compte Twitter qu’il renonçait à se présenter à l’hôtel. A ce moment la majorité des manifestants ont quitté les lieux. Seule une trentaine de personnes ont décidé de braver le froid glacial pour accueillir à leur sorties les participants à la conférence qui ont finalement été escorté par la police.

Succès total donc pour la mobilisation !

Frédéric Hérion / Krasnyi Collective