Liège / 14-05-2019 /

A quelques jours des élections la lutte continue. C’est pourquoi la FGTB avait prévu ce 14 mai une journée d’action nationale pour plus de pouvoir d’achat et plus de justice sociale.

Pour le syndicat qui a récemment refusé de signer l’accord inter-professionnel il s’agit de rappeler quelles sont les priorités et les revendications:
– augmentation du salaire minimum à 14€/h soit 2300€ brut par mois,
– amélioration des allocations sociales pour qu’elles soient au-dessus du seuil de pauvreté (presque toute les allocations sont sous le seuil de pauvreté prévu par la loi),
– amélioration des pensions pour arriver à un montant minimum de 1500€ net par mois.

Par ailleurs et puisque la campagne électorale bat son plein la FGTB dresse un bilan négatif de la législature qui s’achève:
– le gouvernement MR/CDH a décidé de faire table rase et reprendre la plupart des dossiers à zéro. Résultat: des réformes (points APE, assurance autonomie, Agences Locales pour l’Emploi, la réforme des provinces,…), qui n’aboutissent pas… tant mieux ce sont de mauvaises réformes ! Mais la FGTB estime que deux années ont été perdues.
– les décisions prises en matière de fiscalité et d’aide aux personnes oublient systématiquement les franges les plus défavorisées de la société. « Aujourd’hui il n’y a pas une allocation de chômage qui se situe au dessus du seuil de pauvreté… Aujourd’hui la chômage est devenu synonyme de pauvreté, systématiquement » précise Thierry Bodson, secrétaire général de la FGTB wallonne.
– même en matière de climat ce gouvernement a fait de mauvais choix, une enveloppe de 60 millions pouvait être investie dans un grand plan d’isolation des bâtiments en Wallonie, cela n’a pas été fait.

Des actions étaient prévues dans le Hainaut et à Liège mais également dans le Brabant wallon, à Bruxelles et en Flandre.

 

Fred Hérion / Krasnyi Collective