Non à la suppression de l’aide medicale aux sans papiers

Ce lundi 25 février, plusieurs organisations se sont rassemblées devant le cabinet du Service Publique Fédéral et de la Justice pour dénoncer les récentes propositions de la NVA à Anvers concernant les sans papiers.

Pour rappel, à Anvers, l’ancienne majorité avait décidé que le CPAS pouvait suspendre les traitements antirétroviraux destinés aux sans-papiers souffrant du SIDA. La N-VA, évidemment d’accord, y a ajouté du sien: la présidente du CPAS anversois, Liesbeth Homans, propose de conditionner ces traitements au retour volontaire des migrants séropositifs. Peut-être s’est-elle inspirée du Front National qui, il y a quelques mois, proposait de supprimer l’aide médicale d’Etat pour les sans-papiers… C’est oublier que l’assistance médicale obéit à des règles déontologiques qui n’ont rien à voir avec la politique.

Pierre Vanneste / Collectif Krasnyi

 

 

© 2021 Krasnyi Collective