Rue du Relais – Plus qu’un chantier pour un toit, un combat pour se loger…

Rue du Relais, 8 à 1050 Ixelles :

Le 27 décembre 2012,  plusieurs personnes occupant une maison vide à Ixelles (à défaut de logement à loyer abordable) se sont faites expulser. Partant de cette expulsion, un projet est né pour permettre aux expulsés de se reloger.

Cette maison, comme d’autres immeubles vides du quartier, appartient au Foyer Ixellois censé permettre aux familles les plus modestes de se loger.

La presse a relaté cette expulsion d’autant plus scandaleuse puisque ce faisant en plein hiver. Le Foyer Ixellois, pour ne pas ternir son image, a alors réagit en laissant trois semaines supplémentaires aux occupants et en promettant une maison pour les expulsés (pour le 20 février).

L’attente fut bien longue, jusqu’au jour J. Ce jour-là, un seul message des propriétaires : « on annule tout ». Un vrai cauchemar s’est alors annoncé pour les sans-logis.

Au mois de mai, enfin, le Foyer Ixellois leur refit une nouvelle promesse, l’accès à d’autres logements vides insalubres, avec la condition pour les futurs habitants de les remettre à neuf s’ils voulaient pouvoir en bénéficier.

Ce n’est qu’au mois de juillet que les futurs locataires ont enfin reçu les clés, avec un énorme chantier sur les bras. Beaucoup de courage, de volonté et d’organisation furent alors nécessaires pour ces personnes qui n’ont ni les moyens ni le savoir-faire pour des travaux d’une telle ampleur.

Nous les avons rencontrés au mois d’octobre, il reste encore pas mal de boulot mais une bonne partie a déjà été abattue. Seulement, l’énergie devient de plus en plus difficile à trouver après en avoir tant dépensée dans la perspective d’avoir un bail d’un an renouvelable.

Des associations et des individus leur sont venus en soutien, ce qui marque un bel élan solidaire. Mais il n’en reste pas moins scandaleux de voir à quel point de nombreuses personnes qui vivent dans la précarité, se retrouvent sans domicile (parfois avec des enfants, ce qui est le cas d’une des participantes au projet), alors qu’il existe des milliers de logements vides.

Youness, un autre participant, nous expliquait que dans la Rue du Relais, nombreuses sont les habitations vides, beaucoup d’ailleurs en bien meilleur état que ce qui leur a été concédé. Malheureusement, le Foyer Ixellois s’emploie d’avantage à les rendre inaccessibles en les barricadant, plutôt que de créer des emplois pour les rénover et en faire bénéficier ce qui en ont le plus besoin.

Rappelons qu’à Bruxelles, on recense 34 000 logements vides, tandis que des dizaines de milliers de personnes attendent toujours un logement social.

Nous continuerons de suivre la mobilisation de ce collectif pour le droit au logement, et vous invitons à leur montrer votre soutien sous quelque forme que ce soit !

Laure Miège / Karim Brikci / Collectif Krasnyi

1 Commentaire

  1. Van Gucht Aurélia 13 novembre 2013

    Bravo !!! pour ce parcours du combattant, de l’engagement, de la persévérance, de la résistance (non violente), beaucoup d’énergie, beaucoup de solidarité et l’on parvient parfois à monter des projets qui impliquent des personnes mal ou pas logés et des associations qui prennent le parti de la co-construction. Les autorités par leur lenteur et leur manque de volonté se sont montrées peu collaborantes et surtout elles auraient dû vous éviter l’expulsion de l’hiver dernier en instaurant un dialogue constructif. Mais n’oubliez pas vous montrez la voie ! Les occupations précaires de logements sociaux vides sont désormais reconnues par le code Bruxellois du logement. collaborante et vous éviter l’explusion

© 2021 Krasnyi Collective